Indian woman to visit Pakistan home for the first time since 1947

Lorsque Reena Varma, citoyenne indienne de 92 ans, se rend cette semaine dans la maison de son enfance au Pakistan, pour la première fois en 75 ans, elle sera la seule de sa famille à rentrer chez elle depuis leur départ peu avant le la partition divise les deux nations.

“Mon rêve est devenu réalité”, a-t-elle déclaré, ajoutant que sa sœur était décédée sans jamais pouvoir réaliser son souhait de retourner dans la maison de la ville de Rawalpindi qu’ils avaient quittée lorsque Varma avait 15 ans.

La famille de cinq frères et sœurs a fui vers l’ancien État indien de l’ouest de Pune peu de temps avant la partition en août 1947.

Bien que Varma ait pu voyager une fois dans la ville de Lahore, dans l’est du Pakistan, en tant que jeune femme, elle n’est jamais retournée à Rawalpindi.

Ses parents et ses frères et sœurs sont décédés depuis.

Reena Varma s’exprime lors d’une interview avec l’agence de presse Reuters à Lahore [Mohsin Raza/Reuters]

En traversant le Pakistan par la route la semaine dernière après des décennies de tentatives pour obtenir un visa, elle a ressenti une vague d’émotion.

“Quand j’ai traversé la frontière entre le Pakistan et l’Inde et que j’ai vu les panneaux pour le Pakistan et l’Inde, je suis devenue sentimentale”, a-t-elle déclaré lors d’une escale à Lahore. “Maintenant, je ne peux pas prédire comment je réagirai quand j’arriverai à Rawalpindi et que je verrai ma maison ancestrale dans la rue.”

La famille de Varma faisait partie des millions de personnes dont la vie a été interrompu en 1947lorsque les deux pays – l’Inde à majorité hindoue et le Pakistan majoritairement musulman – ont été créés.

Une migration massive a suivi, entachée de violence et d’effusion de sang, alors qu’environ 15 millions de musulmans, hindous et sikhs, craignant la discrimination, ont changé de pays dans un bouleversement politique qui a coûté la vie à plus d’un million de personnes.

L’Inde et le Pakistan ont mené trois guerres depuis 1947, et les relations restent tendues, en particulier sur la région himalayenne contestée du Cachemire, que les deux puissances nucléaires revendiquent intégralement.

Le 14 août marquera 75 ans depuis que la partition a divisé les deux pays, divisant la province du Pendjab à peu près par le milieu.

Reena Varma
Varma est hébergé par le India Pakistan Heritage Club [Mohsin Raza/Reuters]

Varma, qui est hindou, se souvient clairement de ces jours tumultueux.

La famille s’est inquiétée lorsque des rapports d’incidents violents leur sont parvenus et a décidé de partir, son père quittant son emploi de fonctionnaire et Varma quittant son école.

“Au début, nous ne pouvions pas comprendre ce qui s’était passé”, a-t-elle déclaré, ajoutant que sa mère n’avait jamais voulu croire que les deux pays avaient été divisés.

“Elle n’arrêtait pas de dire que nous retournerions bientôt à Rawalpindi, mais elle a finalement dû accepter le fait que l’Inde et le Pakistan sont deux pays distincts”, a-t-elle déclaré.

Varma tentait depuis 1965 d’obtenir un visa pour le Pakistan, réussissant finalement cette année lorsque le Pakistan India Heritage Club et la ministre d’État pakistanaise aux Affaires étrangères Hina Rabbani Khar ont aidé au processus.

Varma est hébergé par Imran William, le directeur du India Pakistan Heritage Club, qui s’emploie à mettre en valeur l’héritage commun des citoyens des deux côtés de la frontière et à réunir les membres de la famille séparés par la partition.

“L’Inde et le Pakistan sont deux pays distincts, mais nous pouvons apporter la paix entre eux par l’amour et les contacts entre les peuples”, a déclaré William.

Lorsque Varma quittait l’Inde pour son voyage, elle a déclaré que beaucoup l’avaient avertie de ne pas se rendre dans le pays à majorité musulmane, mais elle n’a pas été dissuadée.

“Ici, j’ai l’impression d’être dans ma propre ville avec les miens”, a-t-elle déclaré.

Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.