Macron says France to open archives on Cameroon colonial era

S’exprimant au Cameroun, le président français demande aux historiens d’enquêter sur le passé et d’établir des “responsabilités”.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que les archives sur la domination coloniale française au Cameroun seraient ouvertes “dans leur intégralité” et a demandé aux historiens de faire la lumière sur les “moments douloureux” de la période.

Macron, s’exprimant mardi dans la capitale camerounaise Yaoundé, a déclaré qu’il souhaitait que les historiens des deux pays travaillent ensemble pour enquêter sur le passé et établir des “responsabilités”.

Les autorités coloniales françaises ont brutalement réprimé les nationalistes camerounais armés avant l’indépendance du pays en 1960.

Des dizaines de milliers de partisans du parti Union des peuples du Cameroun (UPC), dont le leader indépendantiste Ruben Um Nyobe, ont été tués par l’armée française.

L’armée camerounaise dirigée par le premier dirigeant du pays après l’indépendance, Ahmadou Ahidjo, a également tué des combattants de l’UPC.

L’ancien président François Hollande a reconnu en 2015 que le passé colonial de la France au Cameroun avait apporté des moments “tragiques” et s’est dit ouvert à l’ouverture des archives.

Un groupe de partis politiques camerounais a appelé lundi Macron à reconnaître les “crimes” que la France a commis à l’époque coloniale.

Les propos de Macron sont intervenus le première étape d’un voyage dans trois pays africains où il espère réinitialiser les relations de la France avec le continent, où de nombreuses nations sont d’anciennes colonies françaises.

Le dirigeant français doit se rendre au Bénin mercredi avant de terminer son voyage en Guinée-Bissau.

Le président français Emmanuel Macron quitte le palais présidentiel après sa rencontre avec le président camerounais à Yaoundé [Ludovic Marin/AFP]

L’homme de 44 ans a déployé des efforts concertés pour tourner la page d’épisodes douloureux du passé de la France.

Premier président français né après la fin de la guerre d’indépendance amère et prolongée de l’Algérie, Macron a qualifié la colonisation du pays de “crime contre l’humanité” et a déclaré qu’il était temps que la France “regarde notre passé en face”.

Il a également commandé un rapport à l’historien français d’origine algérienne Benjamin Stora sur l’époque coloniale dans ce pays d’Afrique du Nord, bien qu’il exclu de présenter des excuses officielles.

En 2021, La France a restitué plus d’une douzaine d’objets pillés au Bénin par les forces coloniales en 1892, apaisant une source de friction entre Paris et son ancienne colonie.

La crise alimentaire, l’une des “armes de guerre” de la Russie

Macron a également décrit la crise alimentaire mondiale comme l’une des “armes de guerre” de la Russie lors de sa visite au Cameroun, rejetant les suggestions que les sanctions occidentales étaient à blâmer.

Le Cameroun, comme de nombreux pays en développement, est aux prises avec de fortes hausses des prix du pétrole, des engrais et des denrées alimentaires. De graves pénuries de carburant ont frappé la capitale Yaoundé la semaine dernière, entraînant de longues files d’attente dans les stations-service.

La tournée de Macron en Afrique vise également à stimuler la production agricole dans un contexte d’insécurité alimentaire croissante liée à la guerre en Ukraine.

Les gouvernements africains ont largement évité de prendre parti et ont refusé de se joindre à la condamnation et aux sanctions occidentales.

Dans le même temps, le sentiment anti-français monte dans les anciennes colonies françaises d’Afrique de l’Ouest, où les problèmes de sécurité consécutifs à une série de coups d’État attisent la frustration et font basculer l’opinion publique en faveur de la Russie.

« Nous sommes blâmés par certains qui disent que les sanctions européennes [on Russia] sont la cause de la crise alimentaire mondiale, y compris en Afrique. C’est totalement faux », a déclaré Macron lors d’une rencontre avec la communauté française au Cameroun.

“La nourriture, comme l’énergie, sont devenues des armes de guerre russes… Nous devons aider le continent africain à produire plus pour lui-même”, a déclaré Macron.

De nombreux pays africains dépendent des céréales et de l’énergie russes, mais ils achètent également des céréales ukrainiennes, qui ont été perturbées par le conflit.

Moscou a nié toute responsabilité dans la crise alimentaire, accusant les sanctions occidentales de ralentir ses exportations de nourriture et d’engrais et l’Ukraine d’avoir miné les abords de ses ports.

Le Cameroun, un pays d’Afrique centrale riche en minéraux, est un important producteur alimentaire pour la région et la délégation de Macron cherchera des opportunités d’investissement dans le secteur agricole par le biais d’une initiative de mission de résilience alimentaire et agricole lancée en mars avec l’Union africaine pour stimuler la production alimentaire.

Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.