Nigerian senators urge Buhari impeachment over insecurity

Le Parlement est contrôlé par l’APC au pouvoir et toute tentative de destitution de Buhari nécessiterait le soutien des deux tiers des 109 sénateurs.

Les sénateurs de l’opposition nigériane font pression pour que le président Muhammadu Buhari soit mis en accusation, moins d’un an avant la fin de son deuxième mandat, en raison des problèmes de sécurité qui se propagent dans le pays, a déclaré mercredi le chef de la minorité au Sénat.

En février 2023, les Nigérians se rendent aux urnes pour élire un nouveau président lors d’un vote très disputé où la sécurité et l’état de l’économie seront les principaux enjeux.

Lors d’une session à huis clos du Sénat, les sénateurs du Parti démocratique populaire (PDP) ont tenté de présenter une motion donnant à Buhari six semaines pour améliorer la sécurité du pays ou faire face à une destitution, a déclaré le sénateur Philip Aduda.

« Nulle part n’est sûr au Nigeria, même à Abuja. Des mesures urgentes doivent être prises… nous avons donné au président six semaines pour résoudre le problème ou nous le destituons », a-t-il déclaré.

Aduda a déclaré que la motion avait été bloquée par le président du Sénat, provoquant un débrayage des sénateurs de l’opposition. Le Parlement est contrôlé par le parti au pouvoir All Progressives Congress (APC) et toute tentative de destitution de Buhari nécessiterait le soutien des deux tiers des 109 sénateurs.

Dans un communiqué, la présidence a soutenu le président du Sénat pour ne pas “avoir accepté la motion ridicule visant à destituer notre président”.

Le Nigeria est aux prises avec des problèmes de sécurité sur son vaste territoire, notamment des vols à main armée par des gangs criminels, un soulèvement armé dans le nord-est et une série d’enlèvements massifs dans des écoles dans le nord-ouest.

Le ministre de l’Information du gouvernement, Lai Mohammed, a déclaré que la décision de destitution était de la propagande.

“Nous travaillons 24 heures sur 24 … pour nous assurer que la situation est maîtrisée”, a déclaré Mohammed.

Les autorités nigérianes ont ordonné aux écoles de la capitale, Abuja, de fermer mercredi, deux jours avant les vacances d’été, pour éviter qu’elles ne deviennent des cibles faciles pour la « terreur » alors que l’insécurité se propage, mettant en évidence les problèmes de sécurité du pays.

Plus tôt ce mois-ci, le groupe État islamique dans la province de l’Afrique de l’Ouest (ISWAP) a revendiqué la perquisition d’une prison à Abuja qui a libéré environ 440 détenus, quelques jours après une attaque par des bandits présumés sur un convoi de sécurité présidentiel dans l’État d’origine de Buhari, Katsina.

Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.