Photos: Protesters storm Iraqi parliament in Baghdad

Des centaines de manifestants, pour la plupart des partisans du puissant chef religieux irakien Muqtada al-Sadr, ont dansé et chanté au parlement irakien après avoir pris d’assaut la zone verte de haute sécurité de Bagdad pour protester contre le candidat d’un bloc rival au poste de Premier ministre.

La police a tiré des barrages de gaz lacrymogènes mercredi dans le but d’empêcher les manifestants de franchir les portes de la zone verte fortement fortifiée, mais la foule a fait un bond en avant et est entrée au parlement.

Les manifestations sont le dernier défi pour l’Irak, qui reste embourbé dans des crises politiques et socio-économiques malgré la flambée des prix mondiaux de l’énergie.

Des foules se sont promenées dans le bâtiment du parlement en agitant des drapeaux nationaux, en prenant des photos, en chantant et en acclamant.

Le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi a appelé les manifestants à “se retirer immédiatement”, avertissant que les forces de sécurité assureraient “la protection des institutions de l’État et des missions étrangères, et empêcheraient toute atteinte à la sécurité et à l’ordre”.

Mais il a fallu des ordres émis par le chef chiite al-Sadr avant que la foule de manifestants ne commence à partir près de deux heures plus tard.

Les manifestants s’opposent à la candidature de Mohammed Shia al-Sudani, ancien ministre et ex-gouverneur de province, qui est le choix de l’alliance Cadre de coordination pour le poste de premier ministre.

Le cadre de coordination rassemble des politiciens du parti de l’ancien premier ministre Nouri al-Maliki et de l’Alliance Fatah pro-iranienne, le bras politique de l’ancien groupe paramilitaire dirigé par les chiites Hashd al-Shaabi.

Le bloc rivalise avec al-Sadr pour le soutien et a gagné des sièges au parlement depuis la démission des députés sadristes en juin. Cependant, la prise d’assaut du parlement est une démonstration de force implicite d’al-Sadr et un message selon lequel, même après la démission de son bloc, il ne doit pas être ignoré dans la prise de décision politique.

Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.