Senegal elects parliament in test for ruling party’s influence

L’opposition espère que le vote forcera une coalition avec le président Macky Sall et freinera toute ambition qu’il pourrait avoir pour un troisième mandat.

Les sondages ont fermé lors des élections législatives au Sénégal opposant le parti au pouvoir du président Macky Sall à une coalition d’opposition dynamisée par la hausse des prix des denrées alimentaires et craignant que le dirigeant sortant ne se présente pour un troisième mandat controversé en 2024.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 GMT et fermé à 18h00 GMT dimanche. Des résultats partiels sont attendus tard dimanche et des chiffres globaux provisoires seront communiqués au plus tard vendredi.

Environ sept millions d’électeurs sont éligible à élire 165 députés à l’Assemblée nationale dans une atmosphère politiquement tendue dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Violent des protestations ont éclaté l’année dernière après que le principal opposant de Sall, Ousmane Sonko, a été arrêté pour viol et que plus d’une douzaine de personnes ont été tuées.

Sonko, qui est arrivé troisième aux élections de 2019, nie les allégations et ses partisans ont exprimé leur opposition au président.

Cette année, lui et un autre des principaux opposants de Sall ont été disqualifiés en tant que candidats, ce qui a déclenché une colère et des manifestations plus généralisées au cours desquelles trois personnes sont mortes en juin.

Le Sénégal, avec une population de 17 millions d’habitants, est connu pour sa stabilité dans une région qui a connu des coups d’État dans trois pays depuis 2020 et où les dirigeants ont changé les lois pour rester au pouvoir pour un troisième mandat.

L’élection de dimanche donnera une indication plus claire de ce qui pourrait se passer en 2024.

Même si la candidature de Sonko a été rejetée par le Conseil constitutionnel, il a organisé des partisans de l’opposition à travers le Sénégal.

Une victoire de l’opposition “serait synonyme de rejet d’une éventuelle troisième candidature pour Sall et d’une probable victoire à la prochaine élection présidentielle”, a déclaré Ngom.

Pas encore de commentaire sur le troisième mandat

Le parti au pouvoir Benno Bokk Yakaar de Sall détient actuellement 75% des sièges à l’Assemblée législative.

Le refus de Sall d’exclure publiquement une candidature en 2024 a alimenté les craintes qu’il suive les traces du président ivoirien Alassane Ouattara et de l’ancien président guinéen Alpha Condé. Les deux hommes se sont présentés – et ont remporté – un troisième mandat en 2020 en arguant que les nouvelles constitutions avaient réinitialisé leurs limites de deux mandats.

Le Sénégal a adopté des révisions constitutionnelles, qui ont entre autres réduit les mandats présidentiels de sept à cinq ans, en 2016.

Le mécontentement à l’égard de Sall, 60 ans, a augmenté alors que d’éventuels adversaires – dont l’ancien maire populaire de Dakar, Khalifa Sall, et le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, Karim Wade – ont été ciblés par la justice et disqualifiés pour se présenter aux élections.

Beaucoup accusent Sall d’utiliser son pouvoir pour éliminer les adversaires.

La colère a également grandi au milieu des inquiétudes économiques alors que les prix du carburant et des denrées alimentaires ont grimpé en flèche en raison de la guerre en Ukraine.

L’ancienne Premier ministre sénégalaise et chef du parti au pouvoir, Aminata Touré, a appelé les jeunes du pays à voter.

“La jeunesse doit participer massivement au vote en remerciement au président Macky Sall pour le travail extraordinaire qu’il a fait pour le Sénégal”, a-t-il déclaré à Kédougou dans le sud-est.

Le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Abdoulaye Diom a fait le tour des bureaux de vote à travers le pays et a déclaré que toutes les dispositions avaient été prises pour un vote sans heurts, malgré les inondations des dernières semaines.

Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.