Yemen’s warring sides agree to renew existing truce: UN

L’ONU affirme que les parties belligérantes du Yémen ont convenu de renouveler une trêve existante pendant encore deux mois, a déclaré l’envoyé de l’ONU, malgré la pression internationale pour un accord prolongé et élargi.

L’envoyé spécial pour le Yémen, Hans Grundberg, a déclaré mardi dans un communiqué que le gouvernement internationalement reconnu du Yémen et les rebelles houthis du pays avaient convenu de prolonger la trêve.

“Cette prolongation de trêve comprend un engagement des parties à intensifier les négociations pour parvenir à un accord de trêve élargi dès que possible”, a déclaré Grundberg dans un communiqué.

L’envoyé avait fait pression pour une trêve de six mois avec des mesures supplémentaires, selon l’agence de presse Reuters, mais les deux parties ont eu des griefs concernant la mise en œuvre de l’accord de trêve existant, et la méfiance est profonde.

Les responsables américains et omanais se sont également entretenus avec les parties pour soutenir la proposition de Grundberg à la suite d’une visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite le mois dernier, où il a annoncé, à la suite de pourparlers bilatéraux, un accord pour “approfondir et prolonger” la trêve.

L’annonce du renouvellement est intervenue quelques heures après qu’une délégation omanaise a conclu des pourparlers de trois jours avec les dirigeants houthis, notamment avec le chef des rebelles Abdul-Malek al-Houthi dans la capitale yéménite de Sanaa.

Envoyé spécial des Nations Unies Hans Grundberg [File: Alaa Mohammad/AFP]

Mohammed Abdel-Salam, négociateur en chef et porte-parole des Houthis, a déclaré sur Twitter que les pourparlers étaient axés sur “la consolidation des chances d’arrêter la guerre et la levée du blocus” imposé par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.

Le cessez-le-feu est initialement entré en vigueur le 2 avril et a été prolongé le 2 juin, malgré les accusations échangées entre les deux parties de violation de la trêve et l’échec de la levée d’un blocus de plusieurs années sur la ville de Taiz par les Houthis.

Dimanche, le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est entretenu avec Rashad al-Alimi, chef du gouvernement présidentiel, pour faire pression pour le renouvellement de la trêve.

Il a déclaré que le cessez-le-feu “offre la meilleure opportunité de paix depuis des années, nous ne devons pas la laisser s’échapper”.

Le cessez-le-feu a été le premier arrêt des combats à l’échelle nationale au cours des six dernières années d’un conflit qui s’est transformé en une guerre par procuration entre les ennemis régionaux l’Arabie saoudite et l’Iran.

La guerre civile au Yémen a éclaté en 2014, lorsque les Houthis sont descendus de leur enclave du nord et ont pris le contrôle de la capitale, forçant le gouvernement à fuir vers le sud avant son exil en Arabie saoudite.

Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est entrée en guerre au début de 2015 pour tenter de rétablir le gouvernement au pouvoir.

Le conflit a tué des dizaines de milliers de personnes et causé la faim à des millions de personnes.

Appel à une “paix durable”

Plus des deux tiers des 30 millions d’habitants du Yémen ont besoin d’aide humanitaire, a déclaré un responsable de l’ONU le mois dernier, et le pays a été poussé au bord de la famine.

Dans le cadre de la trêve, les vols commerciaux ont repris de la capitale tenue par les rebelles, Sanaa, vers la Jordanie et l’Égypte, tandis que les pétroliers ont pu accoster dans le port vital de Hodeida, également aux mains des Houthis.

La prolongation de la trêve a été saluée mardi par les agences humanitaires travaillant pour soutenir ceux qui sont touchés par le conflit.

“Des millions de Yéménites souffrent à cause de la flambée des prix des denrées alimentaires, du manque de services de santé et d’autres services essentiels et de la diminution des opportunités économiques”, a déclaré Abdulwasea Mohammed, de l’agence d’aide Oxfam. « Le moment est venu pour toutes les parties et la communauté internationale d’œuvrer pour une paix durable et inclusive qui garantisse la vie, la dignité et la liberté du peuple yéménite.

Lundi, 30 agences humanitaires travaillant au Yémen ont déclaré que depuis l’entrée en vigueur de la trêve le 2 avril, “les rapports sur les victimes civiles ont considérablement diminué”.

Les groupes d’aide, y compris des organisations yéménites et internationales, ont exhorté “toutes les parties au conflit à adhérer et à étendre l’accord de protection des civils” à travers le pays.

Cependant, Erin Hutchinson, directrice nationale du Yémen pour le Conseil norvégien pour les réfugiés, a lancé une mise en garde.

“Après avoir vu une action rapide et décisive vers le succès de la trêve au cours des premiers mois, les progrès vers la réunion de tous ses éléments ont ralenti”, Hutchinson a dit dans un rapport. “Nous espérons que cette prolongation de deux mois permettra la réouverture des routes reliant les villes et les régions, permettra à davantage de personnes déplacées de rentrer chez elles en toute sécurité et garantira que l’aide humanitaire puisse atteindre les personnes qui ont été hors de portée pendant trop longtemps à cause de hostilités.”

Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.